puce Canada : rencontre avec les Algonquins du Lac Simon

01Leur nom francisé évoque en nous - européens -  les récits d'aventures des premiers colons débarqués avec Jacques Cartier.  Ils s'appellent pourtant Anishnabe : "Peuple de la Terre Mère Aki, les êtres véritables. Celui-ci sonne la douceur et la spiritualité des éléments. Il est l'expression de leur filiation légitime avec les forêts et les lacs de cette terre. Depuis des millénaires leur sang s'est mélangé à la sève des arbres comme pour sceller à jamais une union sacrée avec la nature. Une nature trop convoitée pour ses richesses par le monde insdustriel. Ruée vers l'or, coupes de bois, barrages hydroélectriques réduisent comme "une peau de chagrins" cette terre ancestrale dont ils puisent dans les forêts leur identité.
Laissés pour compte des accords de la Baies James et de la Paix des Braves négociés entre blans et Cris, les Algonquins vivent enfermés dans une loi dite "Loi sur les indiens" qui les place sous tutelle du gouvernement canadien. Victime d'un véritable génocide culturel la communauté algonquine du Lac Simon , située au sud-est de Val d'Or,  tente aujourd'hui de transmettre à ses enfants l'héritage de la culture Anishnabe.
© Jean-Luc Barbier


info   [ Afficher la galerie ]

place footer
©1980 - 2018 jean-luc barbier • design & programmation : pixalix design

wc3 xhtml  wc3 css